En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Bienvenue sur Wushu Brest

En plongeant dans la longue rivière de  l'histoire, revenue dans l'Antiquité chinoise, RenPing s'immisce dans un dialogue entre l'empereur Huang Di et Qibo, son médecin.
Huang Di :
J'ai entendu dire que la plupart des hommes de la haute antiquité pouvaient vivre cent ans sans manifester aucun signe de vieillesse. Mais l'homme de notre époque, la cinquantaine à peine révolue, commence déjà à se sentir vieux. Est-ce à cause du changement des temps? Ou de l'absence de principe pour ménager sa santé ?
Qibo :
Dans l'antiquité, celui qui connaissait bien le moyen de ménager sa santé respectait le Yin et le Yang, surveillait son alimentation, travaillait et se reposait de manière régulière. C'est pourquoi il pouvait conserver une bonne santé, aussi bien corporelle que mentale, et vivre de longues années.
RenPing :
Quels sont les principes du Yin et Yang ?
Qibo :
Le plus important du Yin et Yang réside dans la finesse interne et la solidité externe. L'énergie Yin douce et l'énergie Yang retenue permettent de garder une humeur stable. La perte de cet équilibre peut être comparé à une année qui ne comporterait qu'un printemps et un hiver.
 Huang Di :
Le ciel est divisé en quatre saisons et cinq  éléments constitutifs du monde de la matière, d’où le froid , la chaleur, la sécheresse, l'humidité, et le vent. L’homme a cinq organes qui transforment les cinq énergies, d’où la joie, la colère, la tristesse, le souci et le chagrin.


RenPing :

Mais oui ! L'alternance des quatre saisons et de YinYang constitue une condition fondamentale pour la croissance de tous les êtres.
Au printemps de la vie, l'énergie Yang est partout : le Kungfu lui donne une direction.
Le Taiji transforme l'énergie débordante de l'été, qui tend à s'éparpiller.
Un voyage qui se poursuit à l'automne sur la voie du mouvement et du calme pour nourrir l'énergie Yin.
En hiver, on pousse la porte du Qigong pour rejoindre les Immortels par la relaxation du corps et de l'esprit.

 

以武健身, 以德树人。

Vous êtes ici :   Accueil » Qi Gong: 8 Trésors
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.wushu-brest.org/data/fr-articles.xml

Pour sélectionner un article, cliquer sur l'onglet de l'article.
 

  • Qi Gong: 8 trésors
  • TaiJi Eventail
  • Yi Jin Jing


Qi Gong : 8 trésors


气功  Qi Gong8 Trésors

 
1 - Les deux mains levées semblent supporter le ciel et régulent le triple réchauffeur.


Le but de cet exercice est de tonifier l'organisme et d'harmoniser le yin et yang, l'énergie vitale et le triple réchauffeur.

Se tenir debout, les 2 pieds parallèles avec un écartement dont la distance est celle des épaules, les 2 mains jointes devant l'abdomen, les doigts entrelacés et les paumes orientées vers le haut.

Lever les mains entrelacés au-dessus de la tête en tournant les paumes d'abord vers le bas et puis vers le haut, regarder le dos des paumes.

Ensuite on redescend devant l'abdomen comme précédemment et l'on descend les mains de chaque côté du corps.
 
mouv01.jpg

 2- On paraît bander l'arc à droite et à gauche comme pour décrocher une flèche sur l'aigle.

Le but de l'exercice est de fortifier la musculature des épaules et des bras, et de dilater la poitrine afin d'accroître la capacité et l'élasticité des poumons.

Faire un grand pas à gauche en prenant la position du cavalier, pieds parallèles, on croisent les bras devant la poitrine

On étend le bras gauche vers la gauche, comme si l'on bandait un arc, tandis que la tête et les yeux suivent la flèche ( le pouce et l'index ).

En même temps le bras droit est dirigé vers la droite en passant par l'épaule, coude fléchi, comme l'on tire en arrière la corde d'un arc.

Retourner à la position où l'on croise les 2 bras, on répète le mouvement à droite.
 
mouv02.jpg

 3 - Le bras simplement levé traite la rate et l'estomac.

Ce mouvement stimule la circulation entre l'énergie, le sang et les organes internes, en particulier l'estomac et la rate.

Les mains s'élèvent devant la poitrine, les doigts opposés les uns aux autres, puis les paumes vers la terre.

Lever la main gauche au-dessus de la tête, la paume vers le ciel, doigts orientés vers la droite, les yeux suivent ce mouvement.

En même temps, la main droite s'abaisse vers la cuisse, la paume vers le bas et les doigts orientés vers l'avant.

Retourner à la position originelle, c'est à dire les deux mains devant la poitrine et répéter l'opération de l'autre coté, mains droite en haut et main gauche vers la cuisse.
 
mouv03.jpg
  4 - On regarde en arrière comme pour percevoir les cinq fatigues et les sept déficiences.

Le but de cet exercice est de développer et fortifier le méridien du poumon et tonifie les muscles de la poitrine et du cou.

Debout droit, pieds parallèles à la largeur des épaules et les mains détendues à coté des cuisses.

Tourner la tête et corps lentement vers la gauche puis en arrière aussi loin que possible derrière nous, en regardant au loin.

Revenir à la position préparatoire et répéter le même mouvement vers le côté droit.
mouv04.jpg

  5 - Branler la tête et agiter la queue comme un ours afin de se libérer du feu du cœur.

Cet exercice stimule la digestion et la circulation du sang, équilibre le système nerveux et les glandes, et aide à réduire la lourdeur de la taille.

Faire un grand pas vers la gauche en prenant la position du cavalier, pieds parallèles, mains sur les cuisses.

Depuis cette position, faire une grande rotation depuis la hanche de gauche à droite, ensuite depuis la droite on retourne au centre.

On repart à nouveau de la droite pour effectuer une nouvelle grande rotation de droite à gauche, et de la gauche au centre, ainsi de suite.

La tête suit le mouvement dans l'alignement de la colonne vertébrale.
 
mouv05.jpg

  6 - Les deux mains agrippées aux pieds fortifient les reins et les lombes.

Cet exercice contribue à accroître l'élasticité du tronc, accélère la circulation vers le cerveau, stimule les reins et aide le corps à se débarrasser des toxines en lui donnant une fraîche énergie.

Debout, les pieds s'écartent à la largueur d'épaule, se tenir droit les mains derrière le dos, la main empoigne le poignet opposé, paume vers l'extérieur.

En gardant les jambes droites, on courbe le tronc vers l'arrière, la tête part en direction du ciel.

Ensuite on revient à la position préparatoire, on courbe le tronc cette fois-ci vers l'avant, les doigts se dirigent vers le bas et les paumes des mains viennent toucher les orteils.
 
mouv06.jpg

  7 - Serrez les poings avec les yeux de la colère.

Rafraîchissant et tonifiant, cet exercice fortifie le métabolisme en gardant les organes vitaux en bonnes santé. Tout le mouvement tend vers la fermeté.

Faire un grand pas vers la gauche en prenant la position du cavalier, pieds parallèles, tenir fermement les poings serrés sur les flans, hauteur de la poitrine, les creux vers le haut, les coudes courbés à côté.

On lance le poing gauche vers l'avant, de sorte que le creux se trouve orienté vers le sol et le bras pleinement étendu. On ouvre et referme la main.

Retourner à la position initiale et lancer le poing vers la droite, ensuite sur le coté gauche et droite pour finir les deux bras étendus ensembles sur les côtés.
 
mouv07.jpg

  8 - Hausser  le corps sur la pointe des pieds et les cent maladies disparaîtront.

Cet exercice permet au corps de conserver tous les organes en bonne santé et maintient le système nerveux sain et équilibré.

Debout, les pieds s'écartent à la largueur d'épaule, se tenir droit les mains derrière le dos, la main empoigne le poignet opposé, paume vers l'extérieur.

En gardant les jambes droites, on courbe le tronc vers l'arrière, la tête part en direction du ciel.
On revient à la position préparatoire.

Hausser le corps sur la pointe des pieds et y concentrer le poids du corps, les talons s'élèvent lentement du sol, puis retournent gentiment à la position préparatoire.

Fixer un point droit devant vous pour garder un meilleur équilibre. 
 
mouv08.jpg


Sources:
Document anonyme du 18ème siècle présenté par W.G Wang (1922) et Gunsun Hoh (Shanghaï 1926) (source Huard et Wong) et www.saolim.net


TaiJi Eventail

TaiJi Eventail
太极扇
扇-姗-善


PREMIERE PARTIE :

01 -  起势  qi shi (ouverture)

02 -  金刚捣硾  jin gang dao zhui (la foudre pulvérise)

03 -  懒扎衣   lan za yi (soutenir le pan du vêtement)

04 -  六封四闭  liu feng si bi (fermeture apparente)

05 -  单鞭  dan bian (simple fouet)
 

DEUXIEME PARTIE:
 
06 -  前招  qian zhao (se déployer devant)

07 -  后找  hou zhao (se déployer derrière)

08 -  白鹤亮翅 bai he liang chi (la grue blanche déploie ses ailes)

09 -  斜行 xie xing (marche oblique)

10 - 提收 ti shou (recueillement)

 
TROISIEME PARTIE:
 
11 - 云手 yun shou (les mains de nuage)

12 - 掩手肱捶 yan shou hong chui (mouvoir les mains et abattre le poing)

13 - 穿心肘 chuan xin zhou (coup de coude traversant le cœur)

14 - 摆莲腿 bai lian tui (coup de pied lotus)

15 - 雀地龙 que di long (le dragon rampe sur le sol)

16 - 金鸡独立 jin ji du li (le coq se tient sur une patte)

17 - 翻花舞袖 fan hua wu xiu (danse des manches qui déferlent)

18 - 海底翻花 hai di fan hua (une lame de fond)
 

QUATRIEME PARTIE:
 
19 - 二起脚 er qi jiao (coup de pied en vol)

20 - 双震脚 shuang zhen jiao (sol vibrant)

21 - 玉女穿梭 yu nû chuan suo (la fille du jade tisse et lance la navette)

22 - 当头炮 dang tou pao (coups de poings canons)

23 - 金刚捣硾 jin gang dao zhui (la foudre pulvérise)

24 - 收势 shou shi (fermeture)

 


Yi Jin Jing

Yi Jin Jing
 


Origines et développement

On pense que les exercices Yi Jin Jing tirent leur origine des rituels chamaniques primitifs. La plus ancienne description de ces exercices, se trouve dans traité bibliographique :

«Histoire de la dynastie des Han» qui date d’environ 2000 ans. Une peinture sur tissu de brocart «Illustration de la circulation du Qi» a été découverte dans les années 1970, à l’intérieur d’une ancienne tombe de la cité Changsha, au centre de la Chine.

On y voit plus de 40 dessins d’exercices, modèles des mouvements de base des exercices Yi Jin Jing actuels. On admet généralement que les exercices Yi Jin Jing ont été développés par le moine bouddhiste indien Bodhidharma qui est aussi à l’origine des arts martiaux Shaolin.

On sait de manière sûre que Bodhidharma est arrivé en 526 av JC au temple shaolin des montagnes Songshan, dans la province Henan, au centre de la Chine. D’après la légende, il est le fondateur du bouddhisme zen et a inventé en Chine la pratique du bouddhisme «Dhyana» ou méditation profonde. Les moines du temple Shaolin ont joué un grand rôle dans l’évolution des exercices Yi Jin Jing.

Comme la pratique du Dhyana nécessitait de longues et calmes stations assises, les moines utilisaient les arts martiaux ( wushu) pour dégourdir leurs corps après la méditation. Nombre de travaux sur le Yi Jin Jing ont été publiés sous la dynastie Song ( 960­1279).

Parmi ceux–ci figure :
«Le meilleur de la doctrine Taoïste», élaboré par Zhang Junfang, sur commande de l’empereur. La plus ancienne explication des exercices modernes des 12 mouvements se trouve dans «Illustration des exercices internes» écrit par Pan Wei en 1858 sous la dynastie Qing.

Comme le Yi Jin Jing traditionnel se fonde sur la médecine chinoise et sa théorie des cinq éléments (métal, bois, eau, feu et terre) différentes écoles sont apparues pour ces exercices, mettant en valeur cet aspect dans beaucoup de travaux.
Le Qi Gong de santé Yi Jin Jing a intégré le meilleur de l’enchaînement traditionnel des 12 mouvements du Yi Jin Jing à une approche scientifique moderne. Les mouvements forment une continuité, se focalisant sur l’étirement des tendons et la souplesse des os, en alliant force et douceur.

Un composant essentiel de cet enchaînement est la respiration naturelle, associée au calme de l’esprit, afin que l’énergie vitale circule le plus librement possible.


Caractéristiques Mouvements doux et prolongés pour étirer les os et les tendons.

Quelque soit la partie du corps travaillée, les mouvements du Yi Jin Jing demandent aux os et aux articulations associées, une gamme complète de mouvements d’extensions, de fléchissements, de flexions et de torsions. Tous ces mouvements sont multidirectionnels et de grandes envergures. Quand les os se ploient, les groupes de muscles, les tendons et les ligaments sont aussi étirés.

Cela améliore la circulation sanguine et la nutrition des tissus mous de la zone concernée par le mouvement, augmente la souplesse et la flexibilité des tissus mous, tels les muscles, les tendons et les ligaments et améliore la mobilité des os, des articulations et des muscles. Mouvement doux et réguliers pour une coordination harmonieuse.

Les auteurs ont ré­élaboré l’enchaînement traditionnel des 12 mouvements du Yi Jin Jing en ajoutant des transitions entre les différents mouvements afin que l’ensemble soit plus clair et gracieux. Les mouvements de cet exercice sont multidirectionnels, la flexion des membres est simple ou circulaire, avec une envergure de mouvement naturelle donnée par l’axe des articulations.

Les mouvements sont conduits à pas lents et gracieux. Quand la force est requise, elle doit être appliquée graduellement, et les muscles doivent être relaxés pour combiner force et délicatesse. Il n’y a aucun mouvement complexe ni répétitif, et tous les exercices s’exécutent avec des mouvements larges, continus, gracieux, coordonnés et tranquilles.

Le point sur la flexion et la torsion de la colonne vertébrale. Axe principal du corps, la colonne vertébrale est formée de vertèbres, de ligaments et de la moelle épinière. Les exercices du Yi Jin Jing sont centrés sur la torsion, la flexion et l’étirement de la colonne vertébrale, avec la taille pour axe.

De tels mouvements aident la moelle épinière et les nerfs à remplir plus efficacement leur fonctions, conjointement aux exercices des membres et des organes internes. L’exécution de ces enchaînement avec un corps relaxé et un esprit calme peut améliorer la santé et la forme physique, prévenir les maladies, allonger la vie et améliorer l’intellect.

* YI = transformation, changement * JIN = tendon * JING = énergie
YI JIN JING = transformer la qualité des tendons pour améliorer le niveau de santé.

Cette méthode est composée de 12 Mouvements qu'il faut réaliser avec précision.

01 - Un Saint offre son arme
02 - Soutenir l'univers
03 - Soutenir la porte du Ciel
04 - Cueillir une étoile et la faire tourner
05 - Tirer la queue des Neuf Boeufs
06 - Ouvrir ses ailes et pousser une montagne
07 - Les Neuf Fantômes dégainent leur sabre
08 - Les Racines s'enfoncent dans le sol
09 - Etendre et sortir les griffes du Dragon
10 - Le Tigre bondit sur sa proie
11 - Les grandes salutations
12 - Regarder bouger sa queue


Cliquez sur la miniature      



source: http://www.yoga-taichi91.fr/qigong_yi_jing_jin.html


 

Date de création : 09/09/2011 @ 19:33
Page lue 2929 fois

L' Ecole
L' Association

Culture
Dans la presse
 ↑  
Wushu - Brest

channel-wushu-brest.png

Vous êtes ici :   Accueil » Qi Gong: 8 Trésors
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  927166 visiteurs
  2 visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Calendrier
Wushu Brest
Webmaster - Infos